Déclaration UNSA CLUB MED au C.E. du 16 décembre 2014.
 
Sur le traitement fait par la Direction des Ressources Humaines au sujet de sa communication autour des OPA.
A l’information prosélyte de la Direction, s’ajoute depuis ces dernières semaines la désinformation ; ce qui scelle définitivement notre perte de confiance.
 
En effet, s’agissant de l’information des salariés sur l’OPA, nous alertions dès le mois d’août dernier sur l’utilisation inappropriée des réseaux sociaux et sur des réunions d’équipes orientées GAILLON II.
 
Ces dernières semaines la Direction a franchi une étape supplémentaire en ne cachant plus l’origine de son implication dans la guerre de l’information dont elle s’est emparée, en se substituant aux syndicats et en tentant par tous les moyens d’influencer les salariés pour les rallier à l’offre GAILLON II : mails anonymes sur un pseudo-sondage de soutien, réunions d’équipes, discrédit du C.E. et des syndicats, financement de pages de pub dans les journaux, dénigrement de l’offre concurrente, photo de dos de GO/GE pris comme bouclier, menaces directes aux personnes ne suivant pas le mot d’ordre de soutien. Créant ainsi un climat de peur, délétère, s’apparentant à des dérives et des méthodes sectaires.
 
La Direction porte l’entière responsabilité de la division des salariés sur ce sujet en stigmatisant leurs opposants.
La Direction prend les GO/GE en otage pour prouver à leurs investisseurs qu’elle maîtrise la situation. Par cela elle contourne les Représentants du Personnel qui ont été élus et qui représentent donc la majorité du personnel.
Enfin la Direction a une lourde responsabilité, du fait qu’elle soit juge et partie, en entrainant le Club Méditerranée et ses salariés vers une dépendance totale à un actionnariat à majorité chinoise. Personne n’est dupe et le clivage pour ne pas dire la défiance des GO envers sa Direction est consommée cette fois-ci.
 
Cette scission fera date dans l’histoire du Club Méditerranée.
 
Michel Braquet DSC UNSA CLUB MED